[ITW] « L’AfroBrunch »: rencontre avec la jeune entrepreneure Géraldine Vovor

Géraldine Vovor, jeune entrepreneuse africaine, est habitée par le désir de revaloriser son continent en France. A tout juste 30 ans et diplômée en communication publicitaire et en sciences politiques, la jeune fille d’origine togolaise par son père et ivoiro-libanaise par sa mère, est aujourd’hui secrétaire générale de l’association One Cause et fondatrice d’une startup « Diaspora Got Talent ». L’un des projets de la jeune entreprise ? L’AfroBrunch. Elle nous explique.

 

Géraldine Vovor

Depuis combien de temps vivez –vous en France ?

Je suis née à Abidjan et je vis en France depuis 2005.

Pouvez vous nous expliquer ce qu’est Diaspora Got Talent ?

C’est une une entreprise événementielle dont l’objectif est de multiplier les prises de parole de la diaspora afin de la mettre en avant à travers des événements qui réunissent tous les talents africains.

Comment avez-vous eu l’idée de créer Diaspora Got Talent après vos études ?

J’ai pris conscience qu’une diaspora pleine de talents et avide de réussite existait lorsque j’organisais le concours miss Côté d’Ivoire avec l’association One cause. J’ai tout de suite eu envie de donner à cette diaspora les moyens d’expression à travers différents événements et le projet « AfroBrunch » en fait partie.

Facebook « Diaspora Got Talent »

Comment avez-vous eu l’idée de créer Diaspora Got Talent après vos études ?

J’ai pris conscience qu’une diaspora pleine de talents et avide de réussite existait lorsque j’organisais le concours miss Côté d’Ivoire avec l’association One cause. J’ai tout de suite eu envie de donner à cette diaspora les moyens d’expression à travers différents événements et le projet « AfroBrunch » en fait partie.

Pouvez-vous nous décrire l’AfroBrunch en quelques mots ?

L’AfroBrunch c’est l’occasion de se rendre en Afrique le temps d’une après-midi pour découvrir la gastronomie et la culture d’un pays africain différent à chaque fois, pouvoir s’y immerger du buffet garni à la musique du pays. C’est également une opportunité de rencontrer et échanger avec d’autres personnes, d’autres talents de cette Diaspora émergente. Cela ne consiste pas à aller prendre un brunch africain en famille mais plutôt à se créer un réseau au sein d’une génération qui participe au rayonnement de l’Afrique et à sa revalorisation. 

Pouvez-vous nous décrire l’AfroBrunch en quelques mots ?

L’AfroBrunch c’est l’occasion de se rendre en Afrique le temps d’une après-midi pour découvrir la gastronomie et la culture d’un pays africain différent à chaque fois, pouvoir s’y immerger, du buffet garni à la musique du pays. C’est également une opportunité de rencontrer et échanger avec d’autres personnes, d’autres cultures, d’autres talents de cette Diaspora émergente. Cela ne consiste pas seulement à aller prendre un brunch africain en famille mais essentiellement à se créer un réseau au sein d’une génération qui participe au rayonnement de l’Afrique et à sa revalorisation.

12070681_1121205671243359_775338517_n

Quels en ont été les retours ?

L’année dernière, nous organisions la première édition autour de la Côte d’Ivoire le 28 février 2016 et les retours ont été positifs et encourageants pour la suite. Le public, déjà en attente de ce type d’événement, y a complètement adhéré.

Quelles sont les difficultés à être une jeune entrepreneure africaine ?

Il faut savoir que je suis la première femme de ma famille à avoir accédé aux études universitaires, en plus d’être l’aînée. Tous les espoirs reposaient sur mes épaules donc je n’avais aucunement droit à l’erreur. Pourtant, bien que je sois un modèle de réussite pour eux, ils sont plus inquiets de me voir sans enfants à 30 ans qu’ils ne sont fiers de mon parcours. Malgré tout, je veux faire partie d’une génération de femmes africaines indépendantes et ambitieuses et continuer à le revendiquer.

Le 30 avril sera organisé la cinquième édition de l’AfroBrunch, cette fois-ci consacré à la République de Guinée.

En attendant, vous pouvez visionner une interview de Géraldine, réalisée par Vox Africa:

 

Racky Diène

 

Publicités