[ITW] Nadia Drouche: myopathe et mannequin !

Nadia Drouche est une jeune fille d’origine kabile de 26 ans atteinte d’une myopathie depuis la naissance. Mais sa maladie ne fait pas le poids face à sa volonté de devenir mannequin. Elle nous raconte son parcours atypique.

Extrait du dernier shooting de Nadia Drouche – Crédit photo OzenHart

Quel est votre handicap ?

Depuis la naissance, je suis atteinte d’une maladie que l’on appelle myopathie. C’est une dégénération musculaire. Je perds l’usage de mes membres.

Pourquoi vous êtes vous diriger vers le milieu de la mode ?

Toute petite j’étais déjà très coquette. Puis, à l’âge de 14 ans j’ai rencontré mon meilleur ami Faiçal. Il me disait que j’avais un jolie visage et m’encourageait à faire de la photo. A l’époque, je ne voulais pas car je n’aimais pas mon physique. Mon rêve était de devenir styliste. Malheureusement j’ai perdu l’usage de mes mains quinze ans plus tard. Depuis, je suis dans le milieu de la mode et j’en suis très heureuse.

 » La photo me libère de mes complexes « 

Vous faites aussi de la photo. Qu’est-ce qui vous plait le plus dans ce domaine ?

La photo me libère de mes complexes. Quand je pose devant un photographe je me sens mieux dans mon corps. J’aime beaucoup poser, j’en redemande à chaque fois, d’ailleurs je me lâche de plus en plus. Grâce à la photo, j’ai beaucoup plus confiance en moi. Avant, je rejetais une image de moi que je connaissais pas. La toute première fois que j’ai vu les photos de mon premier shooting, j’ai eu un choc: j’ai réalisé combien j’étais belle. Je suis presque devenue narcissique. Depuis, je ne me vois pas un jour arrêter les shooting, c’est devenu une passion. Faire un shooting me permet de mieux connaître les limites de mon corps.

Vous avez participé à des concours de beauté. Comment as-vous vécu cette expérience ?

J’ai participé à deux concours de beauté. Le premier que j’ai passé en 2015 s’appelle Miss Handi. C’était la première édition de ce concours. Je suis arrivée cinquième sur huit filles. J’ai eu les félicitations du jury. Mon prix était un grand bouquet de fleurs dans un vase. Je l’ai offert à l’infirmière qui m’a aidé et poussé à m’inscrire à ce concours. En 2016, j’ai participé à la deuxième édition du concours Miss Handi. Je suis encore arrivée 5ème comme la première fois. J’ai eu les félicitations du jury et des produits de beauté de la marque Nuxe. Ma meilleure amie Jessica est arrivée 3ème.

« La toute première fois que j’ai vu les photos de mon premier shooting, j’ai eu un choc: j’ai réalisé combien j’étais belle! »

Au deuxième concours, j’ai été beaucoup plus à l’aise que la première fois. J’ai parlé avec des personnes, j’étais moins timide. Par contre c’est toujours aussi fatiguant. C’est épuisant par rapport à mon handicap car ce n’est pas facile de se préparer. Il faut se lever très tôt. Je dois répéter mon texte toute seule afin qu’il soit parfait devant le public. Mais le trou noir arrive toujours. Toute la journée est très stressante. J’ai toujours peur de faire une bêtise. L’organisation est compliqué. Pour venir au concours je dois prévenir mes accompagnateurs. Le camion doit être réservé pour me déposer et me ramener. Tous mes déplacements doivent être anticipés. Lorsque le concours est terminé et que je rentre je dors tout de suite.

Comment avez-vous rencontré Jessica ?

C’est ma meilleure amie, on se connaît depuis qu’on a huit ans. On a grandit ensemble. On a aussi la même maladie au même stade d’évolution. La mode est notre passion à toutes les deux depuis toujours. Nous nous sommes toujours soutenues.

Nadia Drouche

Depuis que vous avez rejoint le milieu de la mode, avez-vous des personnes qui vous soutiennent ?

Oui, j’ai beaucoup d’amis qui me soutiennent. Je suis plus suivie sur Facebook. L’amour des gens me touche. Je suis même étonnée que certaines de mes photos rassemblent autant de like. Depuis que je fais des concours et de la photo, de plus en plus de personnes me contactent via les réseaux sociaux.

« La société actuelle commence tout juste à accepter l’handicap dans la mode »

Pensez-vous que la présence de personnes handicapées dans la mode peut permettre aux autres de changer de regard ?

Oui j’en suis convaincue. L’intégration de personnes handicapées dans le milieu de la mode commence à faire bouger les choses. La société actuelle commence tout juste à accepter l’handicap, les gens sont en train de changer de regard. Ils comprennent qu’une femme peut avoir un handicap très lourd et être très féminine. Ce que je trouve dommage, ce sont les personnes qui marchent et qui ne font rien. ça me tue quand je vois ça. Même si j’aurai marché je me serai battu comme je l’ai toujours fait.

Avez-vous déjà rencontré des personnes qui ont cherché à vous décourager de réaliser vos rêves?

J’ai été très déçue par une amie. Avant je me confiais beaucoup à elle, je lui disais que je voulais devenir mannequin et faire des concours. Elle me disait que ce n’était pas possible car je n’étais pas belle, mal habillée et handicapée. Je me sentais rabaissée. Pour elle, j’étais un boulet. La première fois que j’ai été sélectionnée à un concours de beauté je lui ai prouvé que tout était possible si on y croit vraiment. Elle m’a dit ensuite que j’étais belle sur mes photos. La différence entre elle et moi c’est que moi j’ai toujours su que je pouvais être mannequin malgré mon handicap.

Lorsque vous regardez le chemin parcouru jusqu’à aujourd’hui, avez-vous des regrets ? Quel est votre plus beau souvenir ?

Je n’ai aucun regret lorsque je regarde le chemin que j’ai parcouru. Le seul que je peux avoir remonte à l’époque où j’étais adolescente, j’aurais du suivre le conseil de mon meilleur ami et commencer la photo beaucoup plus tôt. Je ne pensais pas que ma maladie allait évoluer aussi rapidement. Je voulais également devenir styliste, j’ai gardé tous mes dessins en souvenir.

Mon plus beau souvenir est le deuxième concours de beauté auquel j’ai participé. J’étais encore plus heureuse que la première fois. C’est une expérience dont je me souviendrai toute ma vie. J’espère pouvoir participer aux suivants et continuer à faire des shooting.

Carole Galloy

Image à la une : Nadia Drouche lors de son défilé au concours de Miss Handi en 2016/Crédit photo : DR

Publicités