Juppé-Fillon-Sarkozy : la rencontre à trois n’aura pas lieu

Espérée pour mercredi, la rencontre souhaitée par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy avec Alain Juppé et François Fillon – originellement programmé lundi dernier, relève maintenant du projet avorté. Les trois hommes se verront prochainement… mais en tête-à-tête.

François Fillon ne voit pas le bout du tunnel…

Cette rencontre émanait directement du clan Sarkozy et de son principal décideur. Lundi matin, l’ex Président UMP (devenus LR) appelait de ses vœux Alain Juppé, le finaliste de la primaire, ainsi que le candidat LR François Fillon à se retrouver pour débattre de la tournure que prennent les événements. Cette décision va à l’encontre des déclarations de Bernard Accoyer, secrétaire général LR, ainsi que de celles du coordinateur de la campagne, Bruno Retailleau, qui en appelaient également à une réunion des trois ténors du parti.

Alain Juppé : « la rencontre est devenue aujourd’hui sans objet. »

C’est un rendez-vous qui devait symboliser l’union du parti face à la tempête qui le broie de part en part. Chaque jour, Fillon semble davantage perdre pieds. La manifestation organisée dimanche au Trocadéro n’aura réuni, selon les autorités, que 40 000 soutiens du candidat. Comme un énième symbole d’une campagne qui se désagrège et perd chaque jour plus de relais et de soutiens…  L’organisateur de la primaire Thierry Solère et l’ex-directeur de campagne et Patrick Stefanini étaient également monté au créneau, respectivement sur RTL et Europe 1, afin de soutenir l’idée de ce symposium à trois.

Que s’est-il passé pour que cette réunion aux allures de requiem salvateur soit finalement déboutée ? Il semblerait que le comité exceptionnel organisé autour de Gérard Larcher et Bernard Accoyer ait eu raison de cette solution… Mais pas seulement. Une conversation téléphonique aurait tué dans l’œuf cette idée, semble-t-il ; un coup de fil entre le maire de Bordeaux et Nicolas Sarkozy. Juppéistes et sarkozystes attendaient pourtant cette rencontre de pied ferme pour pouvoir prendre davantage de place dans la campagne (et dans les plans) du candidat Sarthois. Alain Juppé et son entourage estiment que « la rencontre est devenue aujourd’hui sans objet », devant l’entêtement de celui qui est dans l’œil du cyclone comme jamais. « Rien ne justifie aujourd’hui une rencontre à trois », insiste-t-on çà et là.

Du côté de l’entourage de Nicolas Sarkozy, l’on garantie que les ténors se rencontreront « très rapidement », mais seul à seul. Le message d’union est maintenant supplanté par un constat ; celui de la division. Il n’y a pas qu’à Solferino que les rivaux des Républicains se frottent les mains…

Arnaud Antonelli

 

Publicités