Un membre de l’équipe de Macron démissionne pour conflit d’intérêts auprès de Servier

Jean-Jacques Mourad, le conseiller santé d’Emmanuel Macron au mouvement En Marche !, a présenté ce mardi sa démission. Ce cardiologue a effectué plus d’une soixantaine de missions rémunérées auprès des laboratoires Servier.

Peut-on traiter en politique des questions de santé, tout en étant financé par un grand laboratoire français ? C’est la problématique qu’a tranché ce matin le mouvement En Marche !. Les équipes d’Emmanuel Macron ont découvert des liens importants entre Jean-Jacques Mourad, conseiller au mouvement chargé des questions sanitaires, et le premier laboratoire pharmaceutique de France, Servier.

Ce cardiologue de 50 ans a pratiqué entre 2013 et 2016 plus de 66 missions rémunérées auprès du groupe. En plus de ces actions, le praticien de l’hôpital Avicenne de Bobigny aurait été payé plus de 80 000€ en frais d’hébergement et de transports. Des pratiques pourtant légales, tant qu’elles sont déclarées auprès du Ministère de la Santé. Une site appelé « Base Transparence Santé » et lancé par une loi en date du 29 décembre 2011, rend accessible au grand public l’ensemble des liens d’intérêts entre professionnels de santé et l’industrie. Sur la page concernant Jean-Jacques Mourad, la base fait état de ses nombreux liens financiers avec le laboratoire Servier.

Un oubli assumé par le désormais ex-conseillier d’Emmanuel Macron :

Je reconnais ne pas avoir fait état de mes liens avec le laboratoire Servier, ni au moment d’intégrer ce groupe ni au cours de nos travaux.

Le Formidep, l’association pour une information médicale indépendante, avait déjà alerté de ces liens d’intérêts dans un tweet publié dimanche dernier :

Florian Pierrat

Crédit photo une : ©Pascal Guittet
Publicités