Affaire Le Roux : conférence de presse du ministre de l’Intérieur à 18h00

Au lendemain des révélations de Quotidien, faisant état de l’embauche régulière par le ministre de l’Intérieur de ses filles comme assistantes parlementaires, le principal intéressé a annoncé la tenue d’une conférence de presse ce mardi à 18h00.

Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur depuis à peine plus de trois mois, est déjà dans la tourmente. Il est soupçonné, huit semaines après le début du PenelopeGate, d’emplois fictifs suite à l’embauche de ses deux filles, alors adolescentes, comme assistantes parlementaires à l’Assemblée Nationale. La journaliste Valentine Oberti, qui a révélé l’affaire dans l’émission Quotidien hier soir, précise que les deux étudiantes d’alors auraient bénéficié de 24 contrats de travail entre 2009 et 2016 pour une somme totale perçue de près de 55000 euros.

Siège du Parquet National Financier qui a ouvert une enquête préliminaire concernant l’emploi des filles de Bruno Le Roux. Crédit Photo Martine Archambault / Le Figaro

Sommé de s’expliquer, il tiendra une conférence de presse à 18h00 depuis Bobigny. Plus tôt dans la journée, le Parquet National Financier, qui avait mené le début des investigations autour de l’affaire Fillon, a ouvert une enquête préliminaire. La réponse du gouvernement ne s’est pas faite attendre. Bruno Le Roux a du rapidement annuler tous ses rendez-vous de la journée et se rendre dès 14h30 à la convocation du chef de l’Etat, François Hollande et ce, en présence du Premier ministre, Bernard Cazeneuve.

Le principal intéressé s’était, quelques jours plus tôt, défendu au micro de la journaliste de Quotidien et avait minimisé l’ampleur de l’affaire:

« Je crois que c’est quelque chose qui se fait assez régulièrement, d’essayer de faire découvrir des choses, d’essayer de faire découvrir un travail »

Ces suspicions tombent mal pour le ministre de l’Intérieur qui n’avait pas hésité fin janvier, dès les premières révélations dans le Canard Enchaîné du PenélopeGate, à critiquer de vive voix sur RTL François Fillon.

 

Nicolas GOMONT

Crédit photo à la Une Lionel BONAVENTURE / AFP

Publicités